Erreur N°1 : SE RENDRE INDISPENSABLE

99,7% des personnes ayant vécues un burnout ont connu le « syndrome du sauveur »

Mais qu’est ce qui vous pousse à vouloir vous rendre indispensable ? Quelle mouche vous a piqué très jeune pour faire de vous « un sauveur/une sauveuse  ».

Vous êtes si doué(e) que vous identifiez avec une agilité hors pair les besoins des autres, vous pouvez les anticiper et du coup vous êtes devenu(e) « un champion/une championne » pour répondre aux problématiques urgentes, résoudre un problème complexe, trouver une idée ou un plan B en un temps record.

Du coup, vous en venez même à croire que vous êtes indispensable (même si ce n’était pas votre souhait initial) pour que les choses tournent correctement et vous culpabilisez ou angoissez à l’idée de ne plus être à la hauteur du « sauveur », de la « sauveuse » que vous avez construit(e).

A force de prendre soin des besoins des autres : collègues, boss, clients, patients,… et d’être devenu(e) un(e) as en la matière, vous avez perdu de vue vos propres besoins, pire, si l’on vous demande quels sont vos VRAIS besoins, vous avez comme « un bug », et vous avez du mal à les formuler.

Erreur N°2 : SOUS-ESTIMER LE PROBLÈME

99,7% des personnes ayant vécues un burnout  pensaient « je ne peux faire autrement » !

« Ca va, je vais gérer, je vais trouver une solution, comme je l’ai toujours fait. Je connais mes capacités, je peux tenir, j’ai encore de la marge, c’est juste une période dense, très dense, qui suit une autre période très dense. De toute façon en ce moment je ne peux pas lever le pied, encore moins prendre quelques jours pour m’arrêter. On compte sur moi, je me suis engagé(e), je ne peux pas m’autoriser à écouter ces petits signaux qui m’alertent. ».

C’est ce que vous vous dites et vous arrivez à vous convaincre par la technique du « je peux pas faire autrement ».

Une question ?

Si vous aviez un meilleur ami qui vivait votre situation actuelle, sincèrement qu’auriez vous envie de lui dire ? Prenez un temps de pause pour réfléchir.

Vous auriez certainement un message clair pour votre ami : « lève le pied si tu veux continuer »,

Mais dans les minutes qui suivent, vous vous dites « oui, mais en ce moment, c’est vraiment pas possible, je suis coincée ».

C’est normal car nous n’avez plus de capacité de prise de recul et vous pilotez sans visibilité avec un brouillard mental de plus en plus épais.

Erreur N°3 : METTRE TOUS SES ŒUFS DANS LE MEME PANIER

99,7% des personnes ayant vécues un burnout  se sont coupées des facultés d’au moins 3 doigts de leur main.

Le burnout prend sa source au croisement entre la vie « professionnelle » que vous SURINVESTISSEZ et la vie « personnelle » que vous DESINVESTISSEZ.

Quand je parle de la vie « personnelle », je parle tout autant  de VOUS que de votre environnement personnel.

Il est essentiel de maintenir l’équilibre de votre ressourcement. Bien entendu, le travail est un moyen d’épanouissement, mais il ne doit pas être la seule « source » d’épanouissement.

Erreur N°4 : ÊTRE ADDICT À LA RECONAISSANCE

Le travail est un moyen de vous épanouir professionnellement, de vous sentir considéré(e), reconnu(e) pour vos compétences, votre tempérament au travail, vos idées… Mais attention à ne pas devenir accro aux signes de reconnaissance que vous donnent les autres. Ne confondez pas la reconnaissance liée à la mission que vous réalisez et la reconnaissance pour la personne que vous êtes.

Et si vous commenciez à vous donner vos propres signes de reconnaissance pour ne plus être dépendant ?

99,7% des personnes ayant vécues un burnout  étaient dépendant aux signes de reconnaissances extérieurs.

Mais aussi…

Ne pas écouter les signaux d’alarme

Ne pas oser en parler

penser qu’il suffit d’un break pour enrayer le problème

99,7% des personnes ayant vécues un burnout n’ont pas écouté les signaux d’alarme, se sont isolés et ont cumulé les « faux break ».

Pour aller plus loin

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! Pensez aux 5 doigts de votre main, chaque doigt correspond à un ingrédient essentiel de votre équilibre : la vie professionnelle, la vie de famille, la vie avec vos proches, la vie intime,  la vie sociale.

Imaginez vous au quotidien avec un doigt, deux doigts ou 4 doigts en moins. Quelles en seraient les conséquences ?


TEST : Êtes-vous aux portes du Burn Out ?

Chaque année des milliers de personnes meurent du Burn Out !
Découvrez le SEUL TEST qui mesure votre niveau de risque de Burn Out !

Cliquez ici pour faire le test